Made by Ginger-Nut.com

Doit-on prier Marie ?

Que dit le Bible de l’intercession de Marie ?

Que nous dit donc la Bible concernant l’intercession de Marie ? Marie prie-t-elle pour les pécheurs ?

Lors de l’étude de l’Evangile de Jean, au chapitre 2, nous sommes tombés sur le texte utilisé par les docteurs en théologie catholique pour argumenter en faveur de l’intercession de la Vierge Marie au ciel, près de son fils, Jésus.

Mais que nous dit réellement Jean dans son évangile ?

Marie prie-t-elle en faveur de l’Eglise ?

Lecture de l’Evangile selon Jean, chapitre 2 :

Et le troisième jour, il y eut une noce à Cana de Galilée, et la mère de Jésus était là. Et Jésus fut aussi convié à la noce, ainsi que ses disciples. Et le vin étant venu à manquer, la mère de Jésus lui dit, Ils n’ont pas de vin. Jésus lui dit, Qu’y a-t-il entre moi et toi, femme ? Mon heure n’est pas encore venue. Sa mère dit aux serviteurs, Faites tout ce qu’il vous dira. Or il y avait là six vaisseaux de pierre, pour tenir de l’eau, placés là selon l’usage de la purification des Juifs, pouvant recevoir chacun deux ou trois mesures. Jésus leur dit, Emplissez d’eau les vaisseaux. Et ils les emplirent jusqu’au haut. Et il leur dit, Puisez maintenant, et portez-en au maître d’hôtel. Et ils lui en portèrent. Mais lorsque le maître d’hôtel eut goûté l’eau qui était devenue du vin, et qu’il ne savait point d’où celui-ci venait (mais les serviteurs qui avaient puisé l’eau le savaient), le maître d’hôtel appelle l’époux, et lui dit, Tout homme sert le bon vin le premier, et puis le moindre, après qu’on a bien bu ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. Jésus fit ce commencement de ses miracles à Cana de Galilée, et il manifesta sa gloire ; et ses disciples crurent en lui. Après cela, il descendit à Capernaüm, lui et sa mère et ses frères et ses disciples ; et ils y demeurèrent peu de jours.

1. Le problème = manque de vin lors du mariage

Marie, la mère de Jésus devait être impliquée dans l’organisation du mariage pour au moins trois raisons :
- toute la famille était invitée et Jésus a pu entrer même avec ses disciples ;
- elle était a courant que le vin allait manquer et elle avait autorité sur les serviteurs qui s’occupaient du repas. Or ce sont les personnes responsables du repas et boissons qui sont en charge de gérer ce style de problèmes ;
- il aurait été très honteux, pour la famille qui organise, qu’une invitée vienne à s’occuper des affaires qui ne la regardaient pas.

—> Le problème - le manque de vin, et la honte pour la famille qui organise de ne pas être capable de subvenir aux besoins de la fête - est un problème "matériel" et familial, c’est une question d’honneur. Le problème est donc au niveau social et culturel et n’a pas de lien avec le Plan de Dieu et la mission du Messie.

2. La demande de Marie

Est-ce que la demande de Marie peut-être comparée à une intercession/prière à Dieu ?

Non, comme nous l’avons expliqué au point 1, le contexte et la demande de Marie à Jésus était sur le plan matériel et familial et non spirituel. Expliquons-nous davantage.

Mon épouse est africaine. En Afrique (et je pense au moyen orient), SI une maman de 10 enfants est seule (veuve ou abandonnée par son mari), et dont le fils aîné habite chez elle et gagne sa vie en travaillant, ALORS, quand survient un besoin pressant (manque de lait pour le bébé, manque de pétrole, etc.), elle se tournera vers son fils aîné qui pourvoira aux besoins donnés par sa capacité financière. Le fils aîné fait alors office de "père" pour la famille et reprend la charge de celui-ci de subvenir aux besoins matériels de la famille.

—> Dès lors, il n’est pas difficile de considérer la demande de Marie plutôt comme une demande d’une mère à son fils aîné qui a pris le rôle du père, que de considérer que Marie attendait que Jésus fasse un miracle en tant que Sauveur du monde (il y a une différence entre sauver le monde de la dictature de la mort et "sauver" un mariage de manque de vin). Dans la même pensée, celle que Jésus avait repris le rôle de chef de famille, à la croix, Jésus va se tourner vers Jean pour lui remettre sa mère Marie afin qu’il la reprenne à sa charge (lui n’étant plus capable de la faire), charge de chef de famille, et prenne soin de ses besoins en la prenant chez lui (Jean 19:27).

Pourquoi Marie ne pouvait pas s’attendre que Jésus fasse un miracle ?

1) Parce que Jésus devait être un homme comme vous et moi, càd, non-spécial, dans toute son humanité, pour que, par un vrai homme, la mort soit vaincue. Donc Jésus n’a pas pu faire de miracles avant son heure (sinon il montrait qu’il était plus qu’un homme et ) ;

2) Jésus a commencé à faire des miracles uniquement à partir du moment où son ministère de Messie/Christ est arrivé, suite au baptême dans le Jourdain par Jean le Baptiseur (on parle de "SIGNE" comme par exemple en Jean 4, verset 54) ;

3) Notre passage de Jean 2 nous le montre clairement : ce fut le PREMIER miracle de Jésus car ce miracle était le PREMIER "SIGNE/miracle" que Jésus était le Messie, le Fils de Dieu ;

4) Marie ne comprenait pas les conséquences de l’identité réelle de Jésus por elle (Luc 2:50, Luc 2:35).

3. La réponse de Jésus

La réponse de Jésus est surprenante !

1) Jésus prend ses distances avec Marie, il l’appelle "Femme". Terme qui n’est pas forcément impoli mais qui montre une certaine distance. On pourrait le traduire dans notre culture par "madame". Jésus semble montrer qu’il ne considère plus Marie comme sa mère (ce qu’il répètera en Luc 8:20-21, Marc 10:29-30) ;

2) Jésus met fin au rôle de Marie comme mère en disant :"Qu’y a-t-il entre moi et toi ?" C’est une expression courante dans les langues sémitiques (Juges 11:12 ; 2Samuel 16:10, Luc 8:27) qui établit une distance entre les 2 parties, et le ton pouvait traduire un reproche.

3) "Mon heure n’est pas encore venue". Par ces termes, Jésus déclare qu’il n’est plus le charpentier de Nazareth, fils de Marie et frère de Jacques, Joses, Jude , Simon... mais qu’il est celui qui vient du ciel/du Père (et non plus de la "terre", de Marie) accomplir le Plan de Dieu d’avant la création du monde. L’heure est celle où il meurt pour les péchés du monde (Esaïe 53) et qu’il ressuscite pour ouvrir l’ère messianique où le vin coulerait à flot (Jérémie 31:12, Osée 14:7, Amos 9:13-14).

— > Jésus met ainsi fin au rôle de Marie comme sa mère, mère du Messie, fidèle servante de Dieu. En effet, Marie est bienheureuse, bénie entre toutes les femmes, car elle a reçu la grâce d’accomplir la promesse que Dieu avait faite à Eve de donner naissance à celui qui viendrait écraser la tête du serpent et ainsi délivrer l’humanité de la mort et du péché (Genèse 3:15, Galattes 4:4et5). Mais Marie, créature elle-même imparfaite, doit maintenant se soumettre à Jésus comme Son Sauveur et, comme vous et moi, avec toute l’Eglise, s’approcher de lui en tant que l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde, le Fils de Dieu, devant qui tout genoux devra fléchir, même les siens.

4. Qui est médiateur entre Dieu et les hommes ?

Donner à Marie le rôle de médiatrice entre les hommes et Dieu par sa prière, c’est déplacer la Bonne Nouvelle de l’Evangile du Fils de Dieu, à la mère biologique...

Qui avait la charge de s’approche de Dieu en faveur du peuple ? L’Ecriture Sainte, la Loi de Moïse, Dieu le Père et les saints apôtres sont clairs à ce propos :

- dans l’A.T., selon la Loi, seul le Grand Sacrificateur (le grand prêtre) était l’intermédiaire entre Dieu et les hommes chargé de présenter les prières du peuple à l’Eternel. Toute autre personne devait mourir pour avoir pris la place du sacrificateur devant Dieu ! Le Roi Saul a été condamné par le prophète Samuel pour n’avoir pas respecté cet état de fait ;

- Jésus est grand sacrificateur (grand prêtre) selon la lignée de Melchisédeck, sans commencement, ni fin, qui a vécu comme un homme, a été tenté, a souffert, a appris l’obéissance et est mort comme un homme (Hébreux 5:5-6). Il est donc un grand prêtre capable de comprendre et nous secourir dans nos faiblesses (Hébreux 4:14-16) ;

- Ephésiens 1:3, c’est par Jésus seul que nous obtenons le pardon de nos péchés, toutes les grâces/bénédictions et toutes les victoires (Jean 1:29 ; 1Jean 1:9 ; 1Co 15:22-28). En Lui sont toutes les plénitudes, pas besoin de chercher des grâces en dehors de Lui ;

- Jean 1:51 (qui se réfère à l’échelle de Jacob), Jésus est l’échelle sur qui montent et descendent les anges, la maison de Dieu (Bethel), la porte du ciel, celui qui lie le ciel et la terre, Dieu et les hommes ;

- Jean 14 : 16-17, Jésus donne le baptême de l’Esprit pour la conversion. Personne d’autre ne peut convertir les âmes car personne ne donne l’Esprit sauf Christ (Jean 1:33-34, Actes 2:1-4). Même Marie a dû recevoir l’Esprit de Jésus por naître de nouveau (Actes 1:14, Jean 3:5-6) !

- Jean 20:31, le but même de l’Evangile de Jean est de présenter Jésus comme seule source de foi qui donne la vie éternelle.

Rappelons encore que le péché originel et la mort sont entrés par Adam et non Eve (Romains 5:12) et que, dès lors, c’est aussi par un homme, mais parfait devant Dieu, le second/dernier Adam, que l’humanité doit recevoir la vie (Romains 5:17-21, 1Corinthiens 15:22 et 42). Encore une fois, le rôle et la mission revient au Messie seul. Seul le Messie est celui qui intercède en faveur du peuple, meurt à la place du peuple, accomplit parfaitement les exigences de Dieu à la place du peuple pour purifier le peuple, le sauver et le conduire à la vie/bénédiction éternelle.

— > Dire que Marie joue un rôle de médiatrice, c’est diminuer le travail accompli par Jésus en le rendant imparfait. Si Jésus a besoin de Marie pour accomplir le plan de Dieu de convertir les âmes et amener les hommes au Père, alors, Jésus est imparfait, son ministère est imparfait, il devient un messie/Christ imparfait puisqu’il lui manque quelque chose, qu’il n’est pas capable de sauver sans l’aide d’une tierce personne.

1Timothée 2:5 (version Jérusalem), "Car Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même, qui s’est livré en rançon pour tous."

5. Marie est-elle au ciel près du trône de Dieu ?

Au ciel, rien n’indique que Marie a une place particulière à côté de Jésus. Quand le prophète Daniel a la vision du ciel, Celui qui reçoit l’autorité aux cieux et sur la terre est un fils de l’homme (Jean 1:51).

Quand l’apôtre Jean a la vision du ciel, il décrit les anges, 24 trônes et 24 rois/anciens autour du trône, un agneau devant le trône qui a l’air immolé et les 7 esprits de Dieu. Pas de place pour Marie ou pour une reine au ciel (la seule reine nommée est une déesse païenne pleurée par les juifs devenus idolâtres, Jérémie 7:18, 44.17-25).

Devant le trône, loin de prier, les saints morts entrent dans la présence du Christ (Luc 23:42, 2Corinthiens 4.16-5:10, Apocalyspe 6:9, 14:13). Mais c’est pour "se reposer" de leurs oeuvres et de leurs souffrances, en attendant que le nombre de ceux qui doivent être sauvés soit atteint.

La seule personne humaine vivante avec son corps au ciel est Jésus. C’est lui qui intercède pour les hommes en tant que représentant des hommes (Romains 8:34, Hébreux 10:11-12).

De plus, prier les morts est interdit par la Loi de Moïse, càd, par Dieu (Esaïe 8:19, Lévitique 19:31, Deutéronome 18). Donc Israël était interdit de prier Abraham, Moïse, Samuel, Eli, etc. Le roi Saül a été réprimandé pour avoir demandé d’invoquer l’esprit du prophète Samuel !

—> Jésus est le seul intercesseur auprès de Dieu qui est très clairement présenté dans l’A.T. et le N.T. En l’évangile de Luc, chapitre 22, verset 32, la Bible nous montre clairement que Jésus prie pour la foi de Pierre. Ce que nous ne retrouvons pas pour l’intercession de Marie. On peut alors se demander :"Si Jésus prie pour les hommes afin que leur foi ne défaille pas, pourquoi aurions-nous encore besoin de ’intercession de quelqu’un d’autre ? La prière de Jésus n’est-elle pas suffisante ? Ou est-elle imparfaite ?"

6. Marie n’est ni la Reine du ciel, ni la mère de l’Eglise

Marie est juive, née de parents juifs de la lignée du roi David. Dieu l’a choisie par grâce, de manière imméritée. Marie était pieuse et humble devant la volonté de l’Eternel. Dès lors, peut-on imaginer que Marie aurait accepter d’adorer des idoles (faux dieux représentés par des statues, sculptures...) ? Bien sûr que non !!!! Or, à l’époque de Marie, les juifs connaissaient l’existence d’une divinité païenne, féminine, appelée la "Reine du ciel" (Livre du prophète Jérémie, chapitre 44, verset 17 à 28 et chapitre 7, verset 18). La question est donc la suivante : "Marie aurait-elle acceptée de se faire appelée par le nom d’une idole païenne ?" Proclamer Marie "Reine du ciel", c’est faire de Marie une personne qu’elle n’aurait jamais accepté d’être de son vivant ! Marie n’est pas une reine mais l’humble servante du Seigneur. (Pour l’interprétation de Apocalypse 12, le femme avec la couronne et les 12 étoiles est tout Israël, dont Marie fait partie, ainsi que tous les descendants de Christ.)

Concernant l’appellation de Marie "Mère de l’Eglise", la confusion est entière. A son départ Jésus rassure ses disciples qu’il ne les laissera pas orphelins. Or Jésus ne dit pas qu’il va leur envoyer Marie comme "Mère" mais Jésus dira :"Moi, je demanderai au Père de vous donner un autre défenseur pour qu’il soit avec vous pour toujours, l’Esprit de Vérité (...) Je ne vous laisserai pas orphelins ; je viens à vous." Evangile selon Jean, chapitre 13, versets 16 à 18. Le nouveau guide, berger, protecteur, intercesseur qui habitera dans l’Eglise, qui donnera naissance à l’Eglise, qui veillera sur l’Eglise est le Saint-Esprit, personne divine, hélas, trop souvent diminuée et négligée dans la vie d’église, Actes 1:8, Actes 5:3et9, Jean 3:3 et 5. Un autre passage très intéressant qui montre l’oeuvre du Saint Esprit comme "mère" est le passage en Romains, "car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu" , Romains 8:14 à 16. Voir aussi, Romains 8, versets 26 et 27.

Conclusion

Faut-il prier Marie ou Jésus ? Faut-il appeler Marie "Reine du ciel", "Mère de l’Eglise ?" Jésus a pris ses distances avec sa mère afin que les rôles ne se confondent pas. Marie n’avait rien à faire avec les affaires de Jésus concernant la conversion, le salut, le pardon des péchés, la progression de l’Eglise. Son rôle était de porter l’enfant Jésus jusqu’au moment où Jésus entrerait dans l’heure de son ministère et d’être un exemple de Foi et un modèle à suivre pour nous.

La question n’est donc pas "Pourquoi prier Marie" mais "Pourquoi ne pas la prier".

Le chrétien, càd, le disciple de Christ, s’abstiendra de prier Marie car le rôle d’intercesseur revient au Fils de Dieu, grand sacrificateur éternel, le seul médiateur entre Dieu et les hommes (Hébreux 8.6, 9.15, 12.24, Romains 8.34, Hébreux 7.25).

C’est en Jésus que nous possédons toutes les bénédictions (Ephésiens 1.3, 2.6) et c’est lui qui nous garde pour notre héritage éternel par ses prières et son intercession (Luc 22:32, Romains 8.34, 1Corinthiens 1.8, 2Thesaloniciens 5.23, Hébreux 4.14 à 16, Hébreux 12.2, 1Pierre 1.5).

Autre Remarque relative à notre texte de Jean 2 : Au verset 12, Jean dit que Marie a eu d’autres enfants que Jésus. Luc aussi en parle ainsi que Marc qui cite les noms des autres fils de Marie (cf. évangile de Marc 6:3).

Voir en ligne : Lecture pour aller plus loin

Copyright © 2010 Eglise Protestante Evangélique de Jemelle. Tous droits réservés.

L'Eglise Evangélique de Jemelle est rattachée à l’Association des Eglises Protestantes Evangéliques de Belgique (AEPEB)
Elle n'a donc rien de commun avec le mouvement des Témoins de Jéhova ou toute autre secte
.